Comment vivre avec sa mauvaise conscience : état des lieux.

Comment vivre avec sa mauvaise conscience est une question que chacun de nous a pu se poser au moins une fois dans sa vie.

Il y a toujours des actions dont nous ne sommes pas fiers. Cela entraîne une culpabilité qui peut plus ou moins nous gâcher la vie.

Et si cette mauvaise conscience, c’était positif ?

Lorsque l’on se dit : « J’ai commis un acte pas très beau, je me sens mal », c’est peut-être bon signe ! Et oui, puisque cette culpabilité est signe d’empathie et d’éthique intérieure. Faire du mal à l’autre, c’est se faire du mal à soi-même par ricochet, et ce parce que nous ne sommes pas indifférents aux autres personnes.

Ainsi, cette mauvaise conscience est comme une sorte de baromètre intérieur. Il est impossible de ne jamais blesser autrui et il y a moyen de compenser nos actes « négatifs ». Respecter l’autre, c’est se respecter soi-même et donc vivre la vie qui est en accord avec notre moi profond. Se sacrifier pour les autres juste pour avoir bonne conscience ne sert absolument à rien…..

Se débarrasser de la culpabilité totalement inutile

Avoir mauvaise conscience est très désagréable. Nous essayons forcément de nous débarrasser de la culpabilité. Nous nous reprochons certains de nos actes et de nos choix.

Mais la vie est faite de choix et malheureusement, dans les relations humaines, il est rare de ne jamais faire de peine aux autres. La mauvaise conscience ne sert donc qu’à vous torturer inutilement !

L’idée est toujours la même, prendre conscience de ce que l’on souhaite et essayer d’être en accord avec soi-même. Si vous vous mentez à vous-même, c’est là que la mauvaise conscience fait son apparition !

Bien sûr, cette culpabilité nous rend meilleurs, dans le sens où cela nous oblige à changer. C’est comme une boussole intérieure qui nous permet d’avancer dans la bonne direction !

Avant de conclure, je vous rappelle l’un de mes précédents articles, qui parlait de la culpabilité de l’entrepreneur : https://therapeuteboulognebillancourt.fr/la-culpabilite-de-lentrepreneur/

En conclusion, je vous invite à vous interroger en profondeur. Nous nous reprochons tous des choses. Nous sommes des êtres humains, pas des machines. Et cela est valable pour vous et pour toute personne en face. Les relations humaines ne peuvent pas être sans heurts.

Développez de la bienveillance envers vous-même. Non, vous n’êtes pas parfait mais vous n’êtes pas non plus responsables du bonheur de tout le monde. Souvent, nous ne nous trouvons pas « à la hauteur » mais l’essentiel, pour nous et pour nos proches, c’est de faire de notre mieux.